Un mercredi pas comme les autres (2)

5 mars 2019


Dans le cadre du 1er forum des auteurs qui s’est déroulé le 5 décembre dernier à Saint Maximin, la classe de 1 L1 du Lycée Maurice Janetti a joué aux apprentis reporters. Récit de la journée en leur compagnie et premières impressions sur les auteur(e)s rencontré(e)s :

Gabrielle Piquet qui a écrit La nuit du misothrope est une femme très calme avec un semblant de timidité. Elle nous a révélé le sens de la déformation du mot « misanthrope » mais n’a pas éclairci le mystère du « kidnappeur ». Elle a voulu, en déformant le mot, donner à son personnage Josepha un côté moins sérieux, et si elle ne dévoile pas le mystère des disparitions c’est pour surprendre le lecteur et l’attirer vers un autre thème, celui de la solitude du personnage de Josepha. Ce personnage lui a été inspiré par une femme qui travaillait dans une association d’écoute aux personnes seules et qui ne semblait pas avoir conscience de sa propre solitude. Donc nous ne saurons jamais qui est le misothope. À moins que Gabrielle Piquet ne décide de donner une suite à son histoire !:) 
Brigitte Giraud, est une femme très posée, douce et très touchante car marquée par le passé de son père. Son roman Un loup pour l’homme est en effet inspiré par la vie de ce père appelé en Algérie en 1960 alors que sa mère attend un enfant, qui n’est autre qu’elle-même. Brigitte Giraud a insisté sur les difficultés qu’elle a eu pour écrire ce roman qui est le résultat de 20 ans de réflexions et d’échanges avec son père. Antoine, le personnage du roman, qui refuse de se battre, va, comme infirmier, faire la rencontre d’un blessé, Oscar, qui suscite son intérêt et lui « donne une raison de se lever le matin » selon l’auteure. Il veut percer le mystère de cet homme qui ne parle plus, afin de l’aider. Mais l’épigraphe du roman « Si l’autre n’existe pas, vous n’existez pas non plus » suggère aussi que sans les autres nous ne sommes rien et qu’Oscar va également sauver Antoine l’infirmier, qui n’a pas, lorsqu’il arrive en Algérie, trouvé de sens à sa vie. Brigitte Giraud affirme également que le titre de son livre Un loup pour l’homme, inspiré de la citation de Hobbes, suggère une interrogation présente dans tout le roman « qui est un loup pour l’homme ? ». A la question de savoir si son roman dénonce un « mensonge d’état », puisque les jeunes gens qui partaient en Algérie ne savaient pas qu’ils allaient faire la guerre, Brigitte Giraud a répondu que ces jeunes se sont bien souvent sentis manipulés et trahis. 

Pour finir, nous avons fait la rencontre des auteurs du « documentaire graphique » L’homme au bras de mer, Simon Rochepeau et Thomas Azuélos. L'histoire racontée est celle, réelle, de Mohammed, un pirate somalien qui, après le détournement d’un voilier et la mort « accidentelle » du skipper lors de l’intervention de la Marine française, se retrouve en France pour y être jugé. Nous avons pu constater une grande complicité entre les deux auteurs. Thomas Azuélos, qui nous a expliqué son travail avec beaucoup de détails, nous est apparu totalement passionné. Il nous a indiqué qu’une de ses préoccupations principales lorsqu’il illustre un texte est de se demander l’effet que le dessin pourra avoir sur le lecteur, pour cela il porte une attention particulière au style du dessin et aux couleurs. Il nous a également parlé de Mohammed, un jeune homme né dans un pays extrêmement pauvre, et dont l’activité de pêche ne parvenait plus à nourrir la famille. Il nous a dit les immenses regrets du jeune homme d’avoir été à l’origine de cette histoire dramatique. Nous avons eu également des nouvelles de Mohammed qui après avoir payé sa dette aurait aimé rester en France mais qui n’en a pas obtenu le droit. Il va donc repartir dans son pays afin de retrouver sa famille et particulièrement sa maman. 

A 13 heures nous avons pique-niqué sur le parvis de la Croisée des Arts, puis nous avons pu rencontrer individuellement chaque auteur pour la séance de dédicaces …et de selfies! 

Timothé Le Boucher a eu un succès fou. Il a réalisé avec beaucoup de gentillesse les demandes de dédicaces ou de dessins, certains sur les coques de nos téléphones ou mieux encore sur des chaussures ! Frédéric Viguier nous a donné une autre image de lui-même. Il était beaucoup plus détendu et bavard que face au public, et il nous a révélé sa vision du personnage d’Yvan Gourlet ! Nous avons également pu discuter avec eux. Thomas Azuélos était toujours aussi volubile. Il a continué à parler de son travail avec passion. Mais vers 15 heures, il a fallu rentrer à la maison. Ce fut pour nous une journée très agréable et même exceptionnelle.

Nous remercions les auteurs pour leur présence et leurs réponses à nos questions.

Nous remercions également les organisateurs du Prix littéraire. Cette rencontre fera peut-être naître des vocations d’écrivains !
Tags : auteurs, Aveu de faiblesse, Avis, Brigitte Giraud, Ces jours qui disparaissent, Delphine Coulin, Frédéric Viguier, Gabrielle Piquet, L'homme aux bras de mer, La nuit du Misothrope, rencontre, Thomas Azuelos & Simon Rochepeau, Timothé Le Boucher, Un loup pour l'homme, Une fille dans la jungle
les auteurs, forums | Posté par Christine

Un mercredi pas comme les autres… (1)

20 janvier 2019


Dans le cadre du 1er forum des auteurs qui s’est déroulé le 5 décembre dernier à Saint Maximin, la classe de 1 L1 du Lycée Maurice Janetti a joué aux apprentis reporters. Récit de la journée en leur compagnie :

Nous avons quitté le lycée vers 9 heures et avons été accueillis avec un petit-déjeuner composé d’appétissantes viennoiseries, dont nous pouvons dire qu’elles sont parties « comme des petits pains », et par des boissons chaudes ou froides.

Vers 11h, nous sommes entrés dans la salle de spectacle dont la scène avait des airs de salon littéraire. Pour nous faire patienter, un caméraman nous filmait en gros plan et nous projetait sur le grand écran, ce qui a amusé tout le monde.

La rencontre a débuté par les remerciements aux organisateurs du forum. Puis les auteurs sont arrivés au nombre de sept, Timothé Le Boucher, Delphine Coulin, Frédéric Viguier, Brigitte Giraud, et enfin Simon Rochepeau et Thomas Azuélos.

Un responsable du prix littéraire les a présentés, a lu une petite biographie pour chacun d’eux et un extrait de chaque livre. Puis ce fut au tour des lycées de se présenter grâce aux portes-paroles qui ont ensuite entamé la série de questions auxquelles les auteurs ont répondu avec beaucoup de gentillesse, nous fournissant des renseignements sur leurs manières de travailler, sur leurs intentions quant au sens à donner à leurs œuvres. Nous avons pu percevoir le travail que demande l’écriture d’un roman ou d’une bande dessinée. Par exemple, le temps d’écriture d’un roman a pu nous paraître très long puisque la majorité des auteurs a évalué ce temps en moyenne à deux ans. L’un d’eux, Frédéric Viguier, s’est distingué et nous a particulièrement étonnés en affirmant avoir mis seulement 10 jours à écrire son roman.

Timothé Le Boucher, le plus jeune de la rencontre, a charmé tout le monde par sa sympathie et sa gentillesse. Il est passionné de mangas et nous a indiqué que l’idée de l’histoire de Lubin lui est venue après ses études aux Beaux-Arts d’Angoulême lorsqu’il avait face à lui deux avenirs possibles, celui, incertain, lié à sa passion du dessin, ou celui, plus pragmatique, imposé par l’obligation de s’assumer pour gagner sa vie. Une des questions posées a permis également d’éclaircir le mystère de la femme à barbe présente à la fin de l’ouvrage, elle est pour lui la volonté de représenter un personnage qui ne s’identifie pas à un genre, afin de véhiculer le moins possible de clichés et par souci de diversité.

L’auteur du roman Une fille dans la jungle, Delphine Coulin est une jeune femme frêle, mais qui s’engage dans son roman pour la cause des migrants en montrant la vie terrible de jeunes gens qui ont pour projet ultime de « passer » en Angleterre, et qui doivent pour cela lutter contre la faim et le froid, se cacher pour tenter de rejoindre leur Eldorado au péril de leur vie. Delphine Coulin nous a indiqué que son but n’est pas de dénoncer mais de fournir au lecteur des éléments de réflexion afin qu’il puisse se faire une opinion sur le sujet de l’immigration, cela au moyen d’une vraie fiction. Elle considère que la littérature peut « ouvrir les consciences ». Elle nous a confié avoir décidé d’écrire ce livre à la suite d’une dispute avec un ami sur le sujet de l’immigration alors qu’elle était à court d’arguments. Nous avons appris également que cette auteure ne s’engage pas seulement par l’écriture mais aussi dans sa vie, avec sa participation à l’association la Cimade qui accompagne les personnes étrangères dans la défense de leurs droits.

Frédéric Viguier est, au premier abord, un peu bourru mais il s’est révélé ensuite très amusant. Il nous a avoué détester lire des romans, ce qui pour un auteur de roman paraît très paradoxal. Des questions lui ont été posées concernant l’histoire de son personnage, Yvan Gourlet. Il dit avoir été inspiré par l’affaire de Patrick Dills et ne pas avoir cherché à dénoncer quoi que ce soit mais avoir voulu montrer un gamin mal dans sa peau à cause de son entourage et qui va devenir le coupable idéal à la suite d’un meurtre. Il refusera d’en dire plus et de lever l’ambiguïté, que certains d’entre nous ont perçue à la fin du roman, par peur de « spoiler ». Mais dans la classe nous avions tous lu son roman !

A suivre.
Tags : Une fille dans la jungle, Un loup pour l'homme, Timothé Le Boucher, Thomas Azuelos & Simon Rochepeau, rencontre, Ma reine, La nuit du Misothrope, L'homme aux bras de mer, Gabrielle Piquet, Frédéric Viguier, écriture, Ces jours qui disparaissent, Brigitte Giraud, Avis, Aveu de faiblesse, auteurs
forums, les auteurs | Posté par Christine

Ma Reine à Hyères

18 janvier 2019



« Ma Reine, c’est la trajectoire d’un enfant qui rencontre des problèmes vers une stature de héros », c’est ainsi que Jean-Baptiste Andréa résume son livre devant la classe de seconde 4 du lycée Jean Aicard.

Durant cette rencontre préparée par Mmes Seroul et Benedetto, les élèves ont mené seuls l’entretien, alternant passages appris par coeur, présentation de l’auteur, des personnages et des thématiques et divers questionnements.

Jean-Baptiste Andréa a exprimé son plaisir à échanger avec ce public manifestement intéressé qui a su lui poser des questions affûtées, l’incitant à parler avec beaucoup d’authenticité de sa vie d’écrivain. « Viviane est-elle un premier amour ou un fantasme ? Quels rapports l’auteur a-t-il avec son éditeur ? Quelle est la part de la sexualité dans le livre ? Etc. »

Les questions ont fusé et les élèves ont pu découvrir un homme très sensible à la parole libre.

Aucun temps mort dans ces deux heures pendant lesquelles il a aussi partagé quelques unes de ses convictions intimes : cultiver nos passions et notre capacité à nous réjouir.
Tags : rencontre, Ma reine, Jean-Baptiste Andrea, Avis, auteurs
les auteurs | Posté par Albertine

Ces jours qui... par Célia

1 décembre 2018


J'ai beaucoup aimé ce livre. L'histoire raconte la vie d'un jeune adulte, Lubin qui est, jour après jour, devancé par sa double personnalité. L'idée est super, bien pensée, très originale et rapide à lire. De plus, le fait que l'une des deux personnalités prenne le dessus sur l'autre crée une sorte de suspense. Personnellement je n'ai pas pu m'arrêter de lire. La fin m'a un peu moins plu, car j'ai trouvé ça frustrant la relation entre les deux personnalités. Mais le livre reste tout de même très bon et nous fait comprendre qu'il faut profiter de chaque moment que la vie nous réserve...



Tags : Timothé Le Boucher, lecture, Ces jours qui disparaissent, Avis
pour ou contre | Posté par célia

Ces jours qui... par Anna

24 novembre 2018


L'histoire de Lubin Maréshal, le personnage principal, m'a émue car je me suis attachée au fil des pages à sa personnalité, son caractère... Le graphisme est juste parfait car on plonge dans l'histoire très facilement. On dirait, parfois même, un film. Je suis très déçue de la fin, car j'aurais aimé que Lubin reste celui qu'il était quand nous l'avons connu. J'ai même été en colère après avoir fini le livre. Les amis et la famille du personnage sont aussi très attachants. Tout comme j'ai aimé les personnages, j'en ai détesté d'autres, comme par exemple la femme du deuxième Lubin ou bien le psychologue... Timothée Le Boucher m'a fait voyager dans une passionnante et merveilleuse histoire. J'ai adoré, Merci !!

Tags : Timothé Le Boucher, lecture, Ces jours qui disparaissent, Avis, auteurs
pour ou contre | Posté par ann_aa134

Ces jours qui... par Sarah

6 novembre 2018


Bonjour. J'ai beaucoup aimé ce livre, que ce soit les dessins ou le scénario. J'ai trouvé, ce livre, très agréable à la lecture, ce qui fait que je l'ai lu assez rapidement. A vue d’œil, le livre peut paraître gros et ennuyeux, mais une fois la lecture commencée, on comprend que c'est le contraire qui nous attend. En revanche, j'ai été assez déçue de la fin... Je pensais que Lubin allait reprendre le dessus ! Félicitations à Timothé Le Boucher pour cet ouvrage !:)


Tags : Timothé Le Boucher, lecture, Ces jours qui disparaissent, Avis, auteurs

Ces jours qui... par Manon

17 octobre 2018


J'ai beaucoup aimé lire cette bande-dessinée de Timothé Le Boucher. La simplicité du graphisme facilite sa lecture. Ce que j'ai le plus apprécié c'est l'histoire, la façon dont elle est racontée. J'ai aimé plonger dans l'univers de Lubin Maréchal, le personnage principal qui est attachant. Cette histoire m'a touchée mais j'ai été déçue de la fin. J'aurais préféré que Lubin prenne le dessus et vive son histoire d'amour. Cela m'a rendu triste. Au-delà du fantastique, cette histoire nous fait prendre conscience que la vie est courte. Je tiens à dire bravo à l'auteur pour son livre car j'ai passé un bon moment en le lisant. Je le recommande.

Tags : Timothé Le Boucher, lecture, Ces jours qui disparaissent, Avis, auteurs
| Posté par Manon

Ces jours qui... par Juliette

13 octobre 2018


J'ai adoré et dévoré la BD Ces jours qui disparaissent de Timothé Le Boucher. Cette histoire m'a emportée. Entre le fantastique et l'originalité du récit, l'histoire nous tient en haleine du début jusqu'à la fin. Parfois émouvante, elle nous fait prendre conscience que la vie est courte. Le personnage de Lubin, autant attachant que dérangeant à cause de sa double personnalité, vit des choses surréalistes et folles, ce qui est très prenant. À tout moment, on a envie de penser que son double devient maléfique. Cette histoire est extrêmement diversifiée, car elle peut nous faire changer d'humeur en un instant. Quelques traits d'humour sont notables et vraiment très agréables. Les graphismes sont très jolis et les couleurs sont éclatantes. Pour conclure, j'adore cette histoire, elle fait partie de mes BD favorites de la sélection. Je la recommande !:)


étude des différents personnage © Timothé Le Boucher
Tags : Timothé Le Boucher, lecture, Ces jours qui disparaissent, Avis, auteurs
pour ou contre, les auteurs | Posté par JulietteG

L'aimant par Flavie

11 octobre 2018


J'ai beaucoup apprécié de lire cette bande dessinée. L'histoire m'a plu et le suspense aussi. J'ai aimé plonger dans l'univers de Pierre, le personnage principal. L'histoire entre Pierre et Ondine était passionnante. Les seuls points négatifs de cette bande dessinée, d'après moi, sont les graphismes que l'on ne comprend pas toujours. La fin de l'histoire m'a attristée car elle ne permet plus aux deux personnages de vivre leur vie amoureuse ensemble. Je félicite Lucas Harari pour cette histoire passionnante et touchante. Je recommande cette bande dessinée qui est très facile à lire.
Tags : Lucas Harari, lecture, L'aimant, Avis, auteurs

Aveu de faiblesses par Anna

10 octobre 2018


Ce livre de Frédéric Viguier est juste extraordinaire ! L'histoire de ce jeune homme qui n'est pas accepté pour ce qu'il est et isolé de tous à cause de son physique et ses actions quotidiennes qui sont étranges (comme le ramassage de boites de fromage vides dans les poubelles). Le crime de cette histoire et très bien manigancé. Les souffrances que subit le jeune homme en prison et les humiliations endurées m'ont rendu triste et en colère, car il ne faisait rien pour se défendre. Bref. La fin m'a énormément surprise et même fait sourire. Le personnage est malin et attachant. J'ai adoré !


Tags : lecture, Frédéric Viguier, Avis, Aveu de faiblesse, auteurs
pour ou contre, les auteurs | Posté par ann_aa134
Suivant >